Vis ma vie de maudite le dimanche

Dimanche dernier. Une journée tranquille à la campagne chez beau papa et belle maman.
Des anniversaires, de la chaleur, du vin , un hamac, la nonchalance coule dans ma veine.( pas que). Le temps d’un temps certain voir un certain temps, je me suis imaginée en vacances.

Folle que je suis : Je suis Henry Frankenstein :

I’ve created Monsters……

À peine 30 minutes après l’avoir couché, voici mon fils  arrivant fièrement dans le jardin avec une photographie d’une de ses cousines bébé ( détail qui à son importance pour la suite…). Bon tant pis pour la sieste, il dormira mieux ce soir. Mais d’où sort cette photo? Du cadre qui est dans leur chambre? Ah bon! Ok!

Nous continuons à manger le gâteau d’anniversaire, à siroter tranquillement quelques bulles ( non ne me jetez pas la pierre, je ne SAVAIS PAS).
Une bonne heure passe, la princesse allergique sort elle aussi de sa chambre accompagnée par le cousin. Je me décide à aller voir ma petite dernière qui est capable de rester dans son lit en attendant que j’arrive.

Premier constat, la lumière est grande ouverte, mais elle dort.
C’est quoi ce cadre sur sa tête? Ah oui la photo. Raah bande de nains, va. Je m’approche pour lui enlever le cadre de la tête. C’est quoi ces crissements sous mes pieds. Lutin, c’est quoi ce verre brisé par terre?
Nom de Zeus, POURQUOI Y’A DES BOUTS DE VERRE DE 30 CM TOUT AUTOUR DE LA TÊTE DE MA FILLE DANS SON “”%@#€~{\}ø DE  LIT.

J’attrape ma fille par les pieds, dégage le verre de sa tête, le regarde sous toutes les coutures puis hurle ( le hurlement nécessaire à l’expulsion des visions cauchemardesques qui soudainement m’assaillent

Mon gougnafier de fils aime beaucoup sa cousine. Cousine qui par ailleurs ne lui rend pas cet amour….Il a donc voulu dormir avec sa photo. Pour ce faire, il a grimpé sur le fauteuil pour attraper le cadre se trouvant sur une étagère au-dessus de la tête de soeur.
Le cadre est tombé puis c’est brisé dans le lit de sa sœur . Sœur qui par miracle n’a rien eu ( oui dans ces moments là je deviens mystique).
Une fois, tout ramassé et nettoyé avec belle-soeur et belle maman, j’avoue que je n’en menais pas large. J’étais en mode, et si en dormant elle s’était retournée? Paf dans l’oeil le tesson. Et si et si….Je vous laisse imaginer moi je ne veux plus.

Ça, c’était donc en milieu d’après-midi. Piqure de rappel, j’ai des jumeaux donc double ration de coeur qui s’arrête.

Nous voici vers 17H30 partis en famille (sauf leur père homme malin ou heureux ou feignasse ultime de la sortie familiale) pour la plage. Plage qui se trouve être un bord de Saône aménagé (on ne rit pas on bronze tout autant pis la vase à la place du sel c’est bon pour la peau). Et voilà donc deux enfants de 2ans et demi, deux de 3 ans, une de 5ans et demi dans l’eau. Et tous les enfants suivant la princesse allergique tel des glues. Princesse qui s’amuse à parcourir la plage (silence je vous dis) sur toute sa largeur. Pour ce faire, elle passe par-dessus les filets de protection. Quand soudain, mon fils tente de suivre sa soeur ainée. Sauf que :

Il a hérité de la souplesse de son père. Autant vous dire que le levé de jambe n’est pas leur fort. Il chute (comme je cherche un peu la merde ,mes enfants n’ont pas de brassard). Il se relève, retombe, avec à chaque fois avec un plongeon la tête la première dans l’eau. Mamie est dans l’eau à deux mètres, mais avec deux autres enfants sans brassard donc et n’a pas l’air de réaliser ce qui se passe . Je vois que le pied de mon fils est en fait pris dans le filet de protection. La scène dure depuis moins d’une demi-seconde que je me révèle être en fait  :
Mi-Usain Bolt, mi Pamela Anderson. Je cours et plonge dans l’eau tout habillée pour sortir mon fils. Mais n’est pas Pammy et Usain qui veut. Ma jolie robe longue fait un peu parachute dans l’eau et emporté par ma vitesse je tombe sur la tête de mon fils histoire de le couler un peu plus. Qu’on se rassure, je le sors de l’eau. Pour le coup, je le sais le croisement Pam et Ussain donne  :

Big Foot Hendersons

Mon fils n’a pas eu le temps de boire la tasse ( 3 mètres me séparaient de lui. La distance terre lune dans ma tête). Les autres adultes sur la rive n’ont même pas eu le temps de réaliser ce qui se passait. J’ajoute que le maitre nageur discutait dos à l’eau avec une bière à la main…..

Une grosse frayeur pour lui et moi. La preuve que la mère fonce n’importe où pour récupérer son enfant. Que les robes bustiers longues ne sont pas faites pour nager.

Maintenant que ce dimanche est digéré, mes voisins m’ont gentiment prévenue qu’ils venaient d’installer une piscine hors sol dans leur jardin. J’envisage sérieusement de mettre une corde à un piquet pour attacher mes enfants ou de les laisser jouer avec un masque à oxygène dans le jardin.